Le Saviez-Vous vous souhaite la bienvenue

Friand de culture, avide de savoir ?

L'idée est simple : une info par jour ou presque. Certaines vous amuseront, certaines vous fascineront, d'autres vous laisseront sans doute perplexes...

Merci de votre fidélité et à très bientôt.




jeudi 28 janvier 2010

Quelques anecdotes autour du film E.T

E.T film affiche
E.T. l’extra-terrestre est un des rares films à avoir été tourné en grande partie dans le même ordre chronologique que le scénario. Cela permit de rendre le jeu des jeunes acteurs plus convaincant, sublimé par les émotions qu'ils ont vécues en découvrant l'histoire au fur et à mesure.
En dehors des mouvements complexes de la marionnette animatronique utilisée en 1981 lors du tournage, quatre personnes furent créditées pour les "mouvements spéciaux". Deux personnes de très petite taille furent costumées pour les séquences où E.T. est filmé en pied et se déplace sur de longues distances. Un adolescent né sans jambe joua la séquence où E.T. est saoul et percute le réfrigérateur (il se déplaçait en fait sur ses mains). Au début de cette même séquence, une mime enfila des gants simulant les mains de l’extra-terrestre pour pouvoir ouvrir la cannette de bière, ce que l’animatronique ne pouvait réussir à l’époque.


E.T
Harrison Ford aurait dû apparaître dans le film dans le rôle du directeur d’école d'Elliott. Après avoir été expulsé de sa classe pour avoir fait s’échapper toutes les grenouilles, Elliott était conduit chez le directeur par l’infirmière. Cette dernière était interprétée par Melissa Mathison, la scénariste du film et, à l’époque, la femme d’Harrison Ford. Elle se trouva si mauvaise dans sa performance qu’elle demanda au réalisateur de ne pas conserver la séquence. Cette dernière n’étant pas nécessaire au film, elle resta sur le plancher de la salle de montage.

C’est dans ce film que Drew Barrymore a été remarquée. Elle était âgée de 6 ans au moment du tournage. Mais ce n’était pas sa première expérience : elle avait déjà joué dans un film, Au-delà du réel en 1980 et dans deux téléfilms, Bogie (1980) et Suddenly, Love (1978).

Lorsqu’il fut montré à la cérémonie de clôture du Festival de Cannes en 1982, personne ou presque n’était au courant que Steven Spielberg avait travaillé sur ce film. Mais ça n’empêcha pas le film d’enthousiasmer les critiques, le public et les collègues de Spielberg.